Des enseignants refusent d’être enrôlés dans le dispositif policier de surveillance des jeunes des quartiers populaires

 septembre 2002
mis à jour samedi 15 janvier 2005

Le R.E.P.T.I.L. (Réseau des Etablissements Promis à Tout Incident Lourd), association qui regroupe des enseignants et des parents des "quartiers en difficulté", s’est aperçu au printemps 2001 que dans le cadre du Contrat Local de Sécurité de Roubaix, il était prévu de mettre en place des "groupes d’alerte multidisciplinaires sur les mineurs délinquants".

Il s’agissait notamment de créer autour de chaque collège de la ville "un dispositif interpartenarial d’observation partagée", dont la police ferait partie et où les enseignants étaient invités à apporter leurs informations (ce projet était déjà signé par l’I.A. sans qu’aucun enseignant ne soit au courant).

L’objet de ces groupes était, entre autre chose, de "dépister et intervenir sur les enfants hyperactifs de 5 à 13 ans" ou de mobiliser le réseau Education Nationale pour identifier les jeunes en situation de prédélinquance (dans le texte du projet, on n’hésite pas à déclarer que les absentéistes sont "une population à risque susceptible de basculer vers la délinquance si ce n’est déjà fait" ).

Le R.E.P.T.I.L. a alors organisé la réaction en dévoilant largement ce projet, en demandant ce qu’est un enfant hyperactif de 5 ans (et surtout en quoi cela concerne la police), en déclarant que bien des jeunes sont absentéistes sans pour autant être prédélinquants, en demandant aussi si on met en place ce genre de dispositif dans les quartiers "bourges". Il a fait circuler une pétition (qui a été signée en masse par les enseignants de Roubaix) exprimant la défiance par rapport à ce projet. Depuis, il a été remisé au placard. Le R.E.P.T.I.L. reste vigilant...

REPTIL, 20 rue de Lille
59100 Roubaix

Navigation