Examens, 12 juin, ...

vendredi 6 juin 2003
mis à jour vendredi 14 janvier 2005

Non, la grève ne « s’essouffle » pas. Dans l’Education Nationale comme ailleurs, les grévistes sont déterminés à poursuivre la
grève reconductible pour obtenir le retrait des projets gouvernementaux. Si il y a radicalisation, c’est surtout du côté des
pouvoirs publics : les interventions violentes des forces de l’ordre et les mesures de répression à l’encontre des manifestants et
grévistes se multiplient. Le gouvernement semble donc vouloir faire durer le conflit, alors même que nous sommes rentrés
dans une période d’examens, et que les épreuves les plus « lourdes » du baccalauréat approchent.

La fédération des syndicats SUD Education tient à rappeler que :
- La grève est un droit constitutionnel
- Ce ne sont pas les grévistes qui ont choisi le moment de leurs luttes : c’est le gouvernement qui tente de faire passer en
force, à la fin de l’année scolaire, des "réformes" qui constituent une régression inacceptable pour l’ensemble des
travailleurs et des chômeurs, et qui remettent en cause les services publics.
- Le seul blocage vient du gouvernement qui a décidé de faire de la période des examens une arme politique pour
casser la grève.

La fédération des syndicats SUD Education s’élève contre les pressions exercées sur les grévistes pour qu’ils assurent quand
même un service d’examen : la grève s’étend en effet à l’ensemble des obligations de service des enseignants. Elle appelle donc
les personnels à ne se considérer qu’en grève, et rien qu’en grève, même en période d’examens.

Avec de nombreuses AG départementales, la fédération des syndicats SUD Education s’adresse une nouvelle fois aux autres
fédérations syndicales de l’EN, pour , face au refus du gouvernement de retirer ses projets,
- appeler clairement ensemble les personnels à poursuivre la grève, même pendant les examens
- faire de la journée du 12 juin une journée nationale de mobilisation et manifestations
- le déroulement « normal » de nombreux examens étant d’ores et déjà perturbé, s’adresser ensemble au ministère pour
lui demander de reporter les examens.

C’est au gouvernement d’assumer ses responsabilités vis à vis des élèves et des étudiants en mettant fin au conflit qu’il a initié.

Cela passe par la satisfaction des revendications et le retrait des projets.

SUD Education soutiendra les initiatives décidées par les grévistes pour faire aboutir les revendications, et défendra, si possible
dans un cadre intersyndical, tous ceux que l’administration sommera individuellement d’assurer un service d’examens, au
mépris du droit constitutionnel qu’est le droit de grève.

Saint Denis, le 6 juin 2003

Agenda

<<

2020

 

<<

Février

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
2425262728291