Grève du 26 novembre 2002 : communiqué de SUD Éducation

jeudi 14 novembre 2002
mis à jour samedi 25 août 2007

Saint-Denis, le 14 novembre 2002

Les inquiétudes des personnels face aux nombreuses attaques que subit le service public d’éducation nationale se sont traduites par une large participation à la grève et aux manifestations du 17 octobre, journée à laquelle la Fédération des syndicats SUD Éducation avait appelé, sur ses bases revendicatives, considérant qu’elle pouvait constituer une étape importante pour ceux qui entendent s’opposer aux réformes libérales. De fait, parmi les personnels mobilisés, nombreux étaient ceux qui appelaient de leurs vœux une poursuite du mouvement, dans un cadre interprofessionnel : seul moyen de s’opposer efficacement à l’ensemble des réformes (casse des services publics, remise en cause des retraites, de la sécurité sociale...), qui ne concerne pas seulement l’éducation nationale, mais toute la fonction publique et le secteur privé aussi.

Dans ce cadre, la journée de manifestation du 26 novembre, à l’initiative de l’intersyndicale du rail, est vite apparue comme pouvant permettre une première convergence des luttes. De fait, beaucoup de secteurs se sont d’ores et déjà joints à cette journée (appel de FO au niveau de la fonction publique, appel de l’UGFF CGT, appel intersyndical à la Poste et aux Telecoms, aux impôts, aux finances, à EDF-GDF...), et la mobilisation s’élargit chaque jour. L’Union syndicale G10 Solidaires a décidé d’appeler aux mobilisations, grèves et manifestations du 26 novembre, déplorant par ailleurs qu’aucune confédération ne s’inscrive en tant que telle dans cette journée. Dans une volonté d’envisager, dans un cadre interprofessionnel, des perspectives à ce mouvement - une seule journée de grèves et manifestations, même massives, ne saurait arrêter les "réformes" en cours - une réunion des organisations et militants qui le souhaitent se tiendra à la suite de la manifestation parisienne.

La fédération des syndicats SUD Éducation, dès le 26 octobre, s’est adressée à l’ensemble des fédérations de l’éducation nationale pour envisager un appel unitaire à la grève le 26 novembre. Seule la FNEC-FP-FO a répondu favorablement à cette initiative. Nous déplorons qu’une unité plus large des organisations syndicales nationales ne puisse se faire sur cette question, mais considérons que c’est avant tout l’unité des personnels dans la lutte qui pourra créer un vrai rapport de force face aux attaques gouvernementales.

Par conséquent, la Fédération des syndicats SUD Éducation appelle les personnels de l’éducation nationale à faire grève et à manifester mardi 26 novembre :
- Pour un droit inaliénable à l’éducation pour tous.
- Pour la titularisation sans condition de tous les précaires et l’arrêt du recrutement de travailleurs précaires.
- Pour des créations d’emplois statutaires enseignants, ouvriers, administratifs, de santé et sociaux.
- Contre la disparition des MI-SE, contre le licenciement des emplois-jeunes.
- Pour des retraites garanties, pas des fonds de pension. Public/Privé : 37,5 annuités pour tous .
- Contre les mesures de décentralisations "Raffarin" lourdes de menaces d’éclatement du service public d’éducation nationale et de renforcement des inégalités.

La fédération des syndicats SUD Éducation appelle les personnels à tout mettre en œuvre (dans les assemblées générales, les réunions d’information, les intersyndicales...) pour que cela ne reste pas une journée sans lendemain et que se construise une mobilisation d’ampleur contre l’ensemble de la politique de régression sociale du gouvernement.

Pour la fédération
Pierre Sigalas
secrétaire fédéral

Agenda

<<

2020

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293012345