La digne grève des Sans-papiers

lundi 7 février 2011

Les milliers de Sans-papiers qui se sont mis en grève pour leur régularisation le 12 octobre 2009 n’imaginaient pas que la situation s’enliserait de si longs mois. Pourtant, des centaines de grévistes ont poursuivi la lutte et le dernier piquet à avoir été levé sous la pression de la préfecture est celui de la Porte des Lilas (Solidaires) à Paris le 14 octobre 2010.

Il a fallu mener de difficiles, voire impossibles, négociations avec les patrons pour obtenir des promesses d’embauche ("Cerfa"). Il a aussi fallu subir les pressions des préfectures qui exigeaient la levée des piquets en contrepartie de l’examen des dossiers de régularisation, et pousser le ministère à simplifier les procédures. Tout cela en trouvant des solutions pour vivre et maintenir les piquets de grève. Là où elle a été possible, la solidarité locale a été fondamentale et exemplaire : des centaines de voisins, d’artisans, de collectifs ont permis, grâce à leur soutien matériel mais aussi moral et politique, de relever le défi et de tenir bon.

Sur le plan politique, il n’a pas été possible de pousser le gouvernement à modifier les critères de régularisation qui restent à la discrétion du préfet, autant dire... injustes et arbitraires. Il aura aussi fallu des mois et l’occupation de la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration pour obliger le ministère à donner des directives aux préfectures. Pour autant, la grève et les occupations ont permis que les dossiers des grévistes soient étudiés de façon plus claire.

En ce qui concerne Solidaires, 97 dossiers ont été déposés, tous à Paris. Parmi eux, 59 grévistes ont été régularisés pour un an : 24 avec un titre Vie Privée Familiale, et 35 avec un titre Salarié. 16 autres dossiers ont été validés et les camarades devraient être convoqués prochainement. Un dernier rendez-vous est prévu en janvier pour les 21 dossiers restants.

Aujourd’hui la situation reste compliquée pour tous les grévistes qui n’ont pas toujours réussi à reprendre le travail tant qu’ils n’ont pas eu leurs papiers et pour une partie de la masse des milliers de grévistes suivis plus spécifiquement par la CGT. En effet, sur les plus de 3500 grévistes dont les dossiers ont été déposés, seulement environ 20% ont obtenu des récépissés de 3 mois qui ne garantissent en rien leur régularisation.

Même s’il est clair que nous sommes loin d’avoir fait bouger les lignes pour la régularisation des sans-papiers, cette lutte restera exemplaire par sa durée et sa détermination. Désormais, la dignité de ces travailleu-ses-rs exploité-e-s est connue de tous et pourrait bien se manifester à nouveau ! La lutte et la solidarité continuent pour la régularisation de tous les Sans-papiers !

« Campagne Jeunes majeurs lycéens sans-papiers » 2010

Les lycéens dont les parents sont en situation irrégulière deviennent à leur tour des « Sans-papiers » le jour de leur majorité et sont alors susceptibles d’être expulsés à tout moment. Lorsque les établissements où ces jeunes sont scolarisés se mobilisent, l’expulsion peut être suspendue... mais ils ne sont pas pour autant régularisés. Et leur vie bascule... devenant celle, terrible, des Sans-papiers.

C’est pour cela que le RESF, avec la FCPE et de nombreux syndicats, ont mis en place une campagne pour obtenir la régularisation des jeunes majeurs lycéens. Des actions collectives se mettent en place dans les établissements pour encourager les élèves sans-papiers à se faire connaître et pour que l’ensemble des communautés éducatives les soutiennent jusqu’à leur régularisation.

En parallèle, plusieurs conseils régionaux (Auvergne, Picardie, Corse, Ile de France, Aquitaine, Centre, PACA...) ont voté des résolutions de solidarité avec les élèves sans papiers, les prenant sous leur protection jusqu’à leur régularisation. En Île-de-France, le Conseil régional, demande à ses représentants dans les 471 CA des lycées de proposer une motion dans ce sens. Le RESF, la FCPE et les syndicats encouragent aussi les parents et les enseignants élus de faire voter une motion afin que les établissements prennent les lycéens sans-papiers sous leur protection.

Agenda

<<

2019

 

<<

Août

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311