La visite médicale du travail obligatoire

Notre santé n’intéresse pas notre patron
vendredi 26 mars 2010

Ce que dit la loi

Comme pour tout travailleur, chacun d’entre nous a droit, régulièrement, à une visite médicale du travail, à charge de l’employeur.

Dans ses articles 22 et 24, le décret prévoit l’obligation d’une visite annuelle pour les agents qui le demandent, pour les handicapés, les femmes enceintes, les agents réintégrés après un congé de longue maladie ou longue durée, les agents occupant des postes exposés à des risques, etc.

De plus, l’arrêté du 29/09/1997, article 28, 2e alinéa, rappelle l’obligation de la visite médicale annuelle auprès d’un médecin du travail pour les personnes qui manipulent des denrées alimentaires : "Tout membre du personnel appelé à manipuler des denrées alimentaires, doit avoir été déclaré apte à effectuer ces manipulations. Le responsable de l’établissement veille à ce que cette aptitude soit attestée médicalement chaque année dans le respect de la réglementation spécifique en vigueur."

Un autre article (no 24-1 du décret no 82-453 du 28/05/1982 modifié par le décret no 95-680 du 09/05/1995) prévoit que : « Tous les agents qui n’auraient pas bénéficié de l’examen médical annuel prévu [...] font l’objet d’une visite médicale auprès d’un médecin de prévention tous les cinq ans. Ils fournissent à leur administration la preuve qu’ils ont satisfait à cette obligation. À défaut, ils sont tenus de se soumettre à une visite médicale auprès du médecin de prévention de leur administration. » Ce texte est en application depuis le 11 mai 1995. Donc, à partir du 11 mai 2000, tous les agents auraient dû passer une visite médicale auprès d’un médecin du travail.

Commentaires

Le ministère n’a pas donné les moyens aux rectorats pour faire effectuer correctement ces visites.

Il est bon de savoir que l’omission des examens obligatoires peut engager la responsabilité civile du chef d’établissement s’il peut être démontré que cette omission a causé un préjudice au salarié, du fait de la découverte tardive de son affection ou de l’aggravation de son état de santé (Cass. Soc. 10/06/1976, Dr. Soc. 76-498 ; Cass. soc. 13/02/1980).

On entend par « médecin de prévention » un médecin du travail dûment diplômé (article 13 du décret no 82-453).

Conséquence pratique

Il faut, selon votre cas, demander cette visite par courrier à votre chef de service : IEN, principal, proviseur. En cas de refus notifié ou de non-réponse, déposer un recours auprès du tribunal administratif.

Bon à savoir

En Basse-Normandie, depuis quelques mois, et devant l’affluence de demandes, l’inspection académique de la Manche a dû organiser les visites médicales des professeurs des écoles. Dans le Calvados, face à la menace du Tribunal Administratif, des professeurs de Lycées Professionnels passent ces visites. Pour cette académie, le rectorat a été obligé d’embaucher des médecins du travail.

Ces visites ne sont pas à confondre avec celles de l’IRSA : cet organisme propose des visites de prévention et précise, qu’en aucun cas, elles ne peuvent être considérées comme des visites médicales du travail.

Pourquoi ? La visite médicale du travail consiste essentiellement à mesurer les conséquences diverses que peut avoir le travail sur l’organisme. Les médecins du travail, spécialement formés sur cette question, rappellent fort justement que lorsque des pathologies sont consécutives au travail, leur action consiste notamment à intervenir auprès des rectorats ou inspections académiques pour proposer par exemples, des aménagements de postes de travail, des réductions d’horaires, etc. aménagements explicités par des circulaires rectorales que chacun pourra se procurer auprès des services.

Sud éducation Calvados

Agenda

<<

2019

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301