Loi Fillon et répression policière

Sud éducation soutient la mobilisation lycéenne
mardi 19 avril 2005
mis à jour dimanche 4 septembre 2005

Loin de s’essouffler ou de ne représenter qu’une infime minorité, comme le prétend le ministre, le mouvement de contestation des lycéens s’est relancé sous de nouvelles formes. De nombreux lycées ont ainsi été occupés, bloqués, malgré l’intimidation des autorités ministérielles et rectorales, avec parfois la complicité des chefs d’établissements. Face à des mobilisations déterminées mais pacifiques, il est inacceptable que le gouvernement réponde par la répression, la violence policière et le dénigrement. Nous appelons à faire respecter les droits dont disposent les lycéens : expression, association et manifestation.

JPEG - 43.6 ko

Nous soutenons aussi pleinement ces mobilisations dont les revendications rejoignent entièrement celles de la majorité des personnels de l’Education nationale :
- abrogation de la loi Fillon, synonyme d’une nouvelle régression sociale pour l’Ecole,
- rétablissement des postes supprimés et créations des postes nécessaires pour améliorer les conditions d’études des élèves et les conditions de travail des personnels.

Dans des établissements, des collectifs de personnels se mettent en place contre la loi Fillon et contre les suppressions de postes. Sud éducation encourage ces initiatives, appelle à en créer de nouvelles et mettra ses moyens matériels à disposition. Le gouvernement doit répondre aux demandes des lycéens et des personnels qui luttent pour le droit à l’éducation et abroger la loi Fillon.

La Fédération des syndicats Sud éducation appelle donc l’ensemble des parents, des personnels de l’éducation et l’ensemble des salariés à rejoindre les lycéens, à se mobiliser à leurs côtés et à s’engager dans des actions unitaires fortes, notamment la grève.

Saint Denis, le 8 avril 2005

Navigation

Agenda

<<

2020

 

<<

Mai

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031