Loi dite « d’autonomie des universités » : Scénario pour un film d’horreur...

Un texte de Sud Education Calvados
jeudi 27 septembre 2007

Résultat des élections au nouveau Conseil d’Administration de l’université de Caen :

Collège B.I.A.T.O.S. 801 votants Liste intersyndicale 600 voix (74,90%) 1 élu. Liste « non syndicale » 201 voix ( 24,10%) 1 élu.
Collège Professeurs 401 votants Liste intersyndicale 200 voix (49,87%) 1 élu. Liste « non syndicale » 201 voix (50,13%) 3 élus.
Collège des M.C. 401 votants Liste intersyndicale 200 voix (49,87%) 1 élu. Liste « non syndicale » 201 voix (50,13%) 3 élus.
Collège étudiants 10001 votants Liste intersyndicale 7500 voix (74,99%) 2 élus. Liste « non syndicale » 2501 voix (25,01%) 1 élu.

Total : listes intersyndicales 8500(73,25%) listes « non syndicales » 3104 (26,75%)

Total sièges : listes intersyndicales : 5 élus, listes « non syndicale » : 8 élus.

C’est maintenant possible avec la nouvelle loi !

Mr VIRADROITETOUTE, PDG de l’usine d’andouilles TOUTLANDOUILLE a donné quelques cours dans une valeur de management des entreprises à l’université. Dès lors, il est considéré comme appartenant aux «  autres personnels assimilés aux enseignants-chercheurs, chercheurs, professeurs ou maîtres de conférences, associés ou invités  ». Il peut donc se présenter à l’élection à la Présidence de l’université. Ayant le soutien des listes « non syndicales », il est élu par 8 voix contre 5. Puisque le Président est choisi hors du CA, le conseil est porté à 21 membres. Un siège est réservé à Philippe DURON, membre du Conseil Régional et l’autre à Brigitte LEBRETHON, maire de Caen. Peuvent alors rentrer dans le Conseil six personnalités extérieures. La liste suivante : M. MIAMUN, patron de l’usine d’andouillettes, M. MIAMDEUX, patron de l’usine de saucisses, M. MIAMTROIS, patron de l’usine de salamis, M. MIAMQUATRE, patron de l’usine de tartiflette, M. MIAMCINQ, patron de l’usine de lardons et M. MIAMTOUTE, président de la Chambre syndicale des producteurs d’andouilles (car c’est un «  acteur du monde économique et social  »), est approuvée par les membres élus du Conseil d’Administration par 8 voix contre 5.

C’est maintenant possible avec la nouvelle loi !

Un poste de professeur est vacant en sciences économiques. Monsieur CACQUARANTE, un « brillant » PDG, ami du Président, est recruté en CDI avec un salaire quatre fois supérieur à celui des professeurs actuellement en fonction car son recrutement « permettra d’augmenter l’attractivité de l’université ». Son recrutement est effectué par un «  comité de sélectio n » dont «  les membres sont proposés par le Président  » et ne sont plus élus comme l’étaient avant les membres les commissions de spécialistes.

C’est maintenant possible avec la nouvelle loi !

L’actuelle Directrice des Ressources Humaines de l’université, jugée trop laxiste envers les personnels par le Président, ne peut être licenciée car elle a « malheureusement le statut Fonction Publique » (mot du Président). Elle va être mutée à la Cellule Archives. Le Président recrute alors par CDD de trois mois, avec un salaire « bien mérité » quatre fois supérieur à la DRH actuelle, M. DUBALAIS, actuellement DRH de la société SUPERCARCHERE, très recherché pour ses méthodes de management, et lui donne donc trois mois pour régler tous les problèmes de l’université et chasser « la glandouille ».

C’est maintenant possible avec la nouvelle loi !

Par décision du Conseil d’Administration, les primes des personnels de catégorie C et de catégorie B qui exercent dans des services dits « traditionnels » et « non-innovants » sont supprimées. En effet, maintenant l’université rémunère les personnels enseignants et BIATOS à partir d’une masse salariale fixée et puisque M. DUBALAI et M. CACQUARANTE coûtent cher en salaire, il faut bien trouver de l’argent quelque part.

C’est maintenant possible avec la nouvelle loi !

Mr TROUVETOUT, docteur en mathématique, est recruté pour un an en CDD sur un poste de maître de conférences pour résoudre dans l’année qui vient le problème suivant : « Comment remettre dans son boyau le contenu d’une andouille qui a été déchirée dans l’usine TOUTLANDOUILLE ? » et pour commercialiser sa découverte. Il est heureux car avec son travail précédent sur la conjecture de Poincaré – sujet théorique fort abstrait qui ne sert pas la compétitivité de l’économie – il aurait pu ne pas être recruté à cause d’un avis défavorable du Président.

C’est maintenant possible avec la nouvelle loi !

Par seule décision du Conseil d’Administration, la filière de littérature du 17ème siècle est supprimée, l’étude de « La Princesse de Clèves » n’étant pas nécessaire, d’après le Président Sarkozy, pour exercer la profession de guichetier. Elle est remplacée par la filière : « Paradis fiscaux : comment y investir ses profits », propre à rétablir la compétitivité de l’université de Caen dans le grand marché mondial de l’Education et à rehausser la place de celle-ci dans le classement de Shanghaï.

C’est maintenant possible avec la nouvelle loi !

L’université ayant établi un mécanisme d’intéressement des personnels aux résultats de l’entreprise qu’elle est devenue et les primes d’intéressement de Mrs DUBALAIS et CACQUARANTE étant trop élevées pour le budget, les bâtiments abritant l’UFR. de Psychologie sont vendus. Ils serviront à stocker les andouilles de l’entreprise TOUTLANDOUILLE.

C’est maintenant possible avec la nouvelle loi !

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2019

>>

<<

Septembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456

Sur le Web