Marche mondiale des Femmes 2010

Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous resterons en marche !
jeudi 25 mars 2010

Cette année, la Marche mondiale des Femmes est la troisième du genre. Les débats lors des forums porteront sur quatre thèmes essentiels : paix et démilitarisation, violences faites aux femmes, travail des femmes et autonomie financière, bien commun bien public.

Trois initiatives importantes auront lieu cette année : le 100e anniversaire du 8 mars, les 40 ans du MLF et la 3 Marche mondiale des Femmes (sans compter la « grande cause nationale contre les violences faites aux femmes » décidée par le gouvernement).

Sud éducation et la marche mondiale des femmes

De fait, la fédération Sud éducation est membre de la Marche mondiale des Femmes 2010 puisque Solidaires en est membre actif. Chacun-e peut aussi rejoindre des collectifs locaux participants aux manifestations et aux débats. Mais est-ce suffisant ? Sud éducation, en tant que syndicat, a une position spécifique à défendre sur la place des femmes dans le système éducatif français et dans la société.

La place des femmes dans le monde du travail est marquée par des inégalités persistantes : salaires, déroulements de carrière et retraites plus faibles, discrimination à l’embauche, emplois précaires, temps partiels imposés... Ce constat renvoie à un mode d’organisation de la société qui reste dans tous les domaines (école, famille, travail, vie publique, etc.) profondément marqué par la domination masculine et au sein de laquelle les femmes continuent de subir une véritable aliénation sociale.

Le mouvement syndical n’est pas exempt de la reproduction en son propre sein des divers schémas observés dans la société. C’est encore trop une affaire d’hommes. Les hommes sont souvent plus disponibles pour participer à des réunions que les femmes en raison des charges familiales qui ne sont pas encore pleinement partagées. Les temps de parole sont inégaux au détriment des femmes. Hommes et femmes, fût-ce à leur corps défendant, intériorisent les schémas patriarcaux.

Il ne suffit pas de féminiser les mots ou tournures, il faut renforcer le militantisme pour la mise en œuvre d’une politique volontariste et globale (économique, éducative, sociale, de l’emploi, de la famille, etc.) visant à obtenir dans tous les domaines une réelle égalité hommes/femmes.

Un message à porter

Parmi les thèmes de la Marche mondiale des Femmes, les syndiqué-es de Sud éducation ont un message à porter :
- sur le développement d’une éducation non-sexiste et non-normative dès la petite enfance, dans les programmes, les manuels, les pratiques pédagogiques et la formation des responsables enseignants, des associations de parents d’élèves, des travailleur-ses sociaux, des médecins scolaires et du personnel médical ;
- une véritable politique de formation et d’éducation à la sexualité, dans le respect de l’autre ;
- le soutien d’un service public de la petite enfance et de la maternelle respectueux des besoins et des droits des enfants ;
- la lutte pour une égalité des droits entre hommes et femmes quel que soit leur pays d’origine ;
- un engagement dans la lutte contre les violences faites aux femmes au sein des familles, des images (publicité, manuels, etc.), des propos sexistes, homophobes et racistes, des résistances morales à l’accès à la contraception et à l’avortement, etc.

Cette Marche mondiale des Femmes nous permet de mettre en lumière et de combattre les nombreuses violences et discriminations dont les femmes sont victimes : celles liées aux guerres, aux agressions verbales et sexuelles, à la marchandisation et au trafic du sexe, aux violences conjugales… Les discriminations sont multiples : plafond de verre, arrêt du rattrapage des salaires des femmes par rapport à ceux des hommes en France depuis 2005, représentations des femmes au niveau politique, syndical et du monde économique ; sans oublier la persistance de l’inégal partage des tâches domestiques.

Les luttes doivent s’amplifier au niveau national et international tant pour préserver des droits acquis et menacés (ex. : le droit à l’avortement en France) que pour en obtenir de nouveaux pour toutes.

Aussi, soyons nombreux-ses à participer aux diverses manifestations prévues à cette occasion.

Commission Droits des Femmes

Calendrier

  • 8 mars 2010
    • Lancement de la Marche dans
      chaque pays.
    • Partout en France, des manifestations et des animations multiples
      (débats, films etc).
  • 12 et 13 juin 2010
    • Manifestation nationale à Paris
      le samedi après-midi.
    • Forum national à Montreuil pendant les deux jours.
    • Banquet féministe le samedi soir.
  • 30 juin 2010
    • À la veille du Forum social, des
      femmes européennes se retrouveront à Istanbul en Turquie.
  • 14 au 17 octobre 2010
    • Délégation internationale à
      Bukavu en République démocratique du Congo.
  • 17 octobre 2010
    • Journée de Solidarité internationale, principalement en direction
      des femmes vivant dans des pays
      en conflit.
    • Marche européenne contre la
      précarité à Bruxelles.

Agenda

<<

2019

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930