Mayotte : les étudiant-e-s interdit-e-s d’études supérieures

Communiqué de la fédération SUD éducation
lundi 1er octobre 2018
mis à jour mardi 2 octobre 2018

À Mayotte, un nombre significatif de bachelièr-e-s et d’étudiant-e-s sont empêché-e-s de poursuivre leurs études supérieures ou n’ont pas accès à la filière de leur choix.
Les jeunes gens, mahorais ou étrangers, qui ont passé leur bac à Mayotte espéraient, pour la plupart, pouvoir poursuivre leurs études en métropole en raison de l’offre locale limitée tant en termes de places que de choix de formation malgré leur affectation dans Parcoursup.

En ce qui concerne les jeunes mahorais-es ayant obtenu leur bac, il et elles sont confronté-e-s aux mêmes difficultés que tou-te-s les candidat-e-s à l’accès aux études supérieures en France avec la mise en place de Parcoursup.

Mais à Mayotte, en plus des inquiétudes liées à Parcoursup, le sort réservé aux bachelier-e-s et étudiant-e-s étranger-e-s nous préoccupe au plus haut point. Illes sont près de 300 à ne pouvoir s’inscrire, faute d’avoir obtenu à temps leur régularisation des services de la préfecture, dans la filière dans laquelle ils et elles ont pourtant été affecté-e-s. Malgré l’existence d’un protocole d’accord, signé par le vice-rectorat et la préfecture de Mayotte, qui vise à réduire les délais d’instruction des dossiers, la situation ne semble pas s’être améliorée. Pire encore, elle est aujourd’hui totalement bloquée sans qu’aucune disposition pour sortir de cette impasse ne soit prise. Le Défenseur des droits dénonce lui aussi des « atteintes graves » aux droits des étrangers en préfecture.

Cette situation constitue une discrimination scandaleuse et doit cesser !

SUD Éducation revendique à Mayotte :

– l’attribution sans délai de titres de séjour à tou-t-e-s les bachelier-e-s et étudiant-e-s étranger-e-s à Mayotte afin d’assurer à toutes et tous l’accès à l’enseignement supérieur ;
– un bilan précis de Parcoursup à Mayotte et la possibilité pour les bachelier-e-s de Mayotte sans affectation de s’inscrire dans une université ;
– un plan d’urgence pour l’enseignement supérieur et la recherche pour Mayotte : un investissement massif et des recrutements à hauteur des besoins.

PDF - 74.5 ko
Mayotte : les étudiant-e-s interdit-e-s d’études supérieures

Navigation

Articles de la rubrique