Mouvement des stagiaires, ce n’est qu’un début…

vendredi 10 décembre 2010

Depuis le 1er octobre, des stagiaires de l’académie de Créteil regroupés dans le collectif « stagiaire impossible » ont réagi contre les conditions dramatiques d’entrée dans le métier imposées par la réforme de la formation, dite « masterisation » [1]. Il se tournent maintenant vers les stagiaires et les collègues de toutes les académies. Sud éducation soutient et contribue à ce mouvement naissant en respectant sa volonté d’autonomie… une valeur Sud !

Un mouvement autonome soutenu syndicalement…

Le 20 octobre à la Bourse du Travail de Paris, une assemblée des stagiaires s’est tenue à l’appel du collectif "stagiaire impossible". Un véritable succès avec 180 personnes, majoritairement issues de l’académie de Créteil. Sud éducation, au côté du collectif, a largement contribué au succès de l’AG en réservant la salle, en envoyant aux stagiaires de l’académie de Créteil un tract soutenant cette initiative, et aux organisations syndicales une invitation à y participer afin de la soutenir. Une déclaration [2] Sud, SNES, CGT, FO, SGEN qui soutient les revendications des stagiaires, préparée préalablement avec le collectif, a été lue, signe d’un soutien intersyndical sur l’académie.

...intercatégoriel et à vocation nationale

La nécessité d’un mouvement conjoint des stagiaires du 1er et du 2nd degré est apparue par le biais de collègues du 1er degré, nombreux à s’exprimer lors de l’AG. Certains représentaient l’assemblée de l’IUFM de Livry Gargan (93), très mobilisé. Les revendications sont souvent similaires. Alors qu’on s’attendait à une AG cristolienne à forte teneur second degré, la présence forte du premier degré et la participation de stagiaires des autres académies de l’Île-de-France et d’Amiens, les contacts avec les mouvements rennais, lyonnais, rouennais, grenoblois et orléanais laissent entrevoir la possibilité d’une extension nationale. L’intersyndicale présente le jour de l’AG est déjà dépassée en ce sens qu’elle ne colle plus à la réalité du mouvement des stagiaires ; il faut rapidement constituer une intersyndicale régionale premier et second degrés et discuter avec les intéressés d’une intersyndicale nationale.

Le malaise des étudiants stagiaires

Des revendications immédiates et à long terme ont été votées…

Droit à une présence en responsabilité devant les élèves n’excédant pas un tiers du service complet, droit à deux ans de formation professionnelle rémunérée, droit à l’accompagnement d’un conseiller pédagogique non-évaluateur, transparence et uniformisation nationale des conditions de stage et de validation. La revendication de l’abrogation de la masterisation de la formation des enseignants a été plébiscitée contre l’avis des représentants du SNES.

… et des actions dont il faudra être solidaires dès novembre !

Sur notre proposition, une audience a été demandée au recteur de Créteil pour la mi-décembre avec une pétition reprenant ces revendications. Nous nous sommes adressés aux syndicats de toute l’Île-de-France afin d’élargir le soutien intersyndical de ce mouvement. L’AG des stagiaires Île-de-France du 20 octobre a largement voté pour une manifestation à caractère national au ministère avec d’autres collectifs régionaux et le soutien des collègues titulaires. Cette manifestation suivie d’une AG inter-académique des stagiaires doit se dérouler début décembre. Sud éducation soutient bien sûr entièrement ces initiatives...

Sud éducation Créteil


[1Lire le compte-rendu du collectif et son appel sur le site de Sud Éducation Créteil et sur le blog de stagiaire impossible