Ne battons pas en retraite ! Portons l’estocade !

samedi 30 octobre 2010
mis à jour dimanche 31 octobre 2010

Les médias et certaines directions syndicales ne cessent d’affirmer que le mouvement s’essouffle, se meurt. Pour un mourant, il se porte bien, merci : actions à foison, grèves et manifestations énormes (surtout dans un contexte de vacances...).

Les salarié-e-s ne sont pas dupes. La réforme des retraites, c’est prendre aux pauvres pour donner aux riches. C’est installer la concurrence à la place de la solidarité. C’est satisfaire les appétits des capitalistes plutôt que de partager le travail et les richesses.

Les salarié-e-s s’organisent et luttent. Les grèves sont dures. Les actions de blocage de l’économie sont fréquentes. Les travailleurs-euses se rencontrent et s’organisent.

Nous sommes à un tournant du combat pour le retrait de la réforme des retraites : soit on leur laisse le beurre, l’argent du beurre, les Rolex, cigares, champagnes, îles, châteaux..., soit on relève la tête et on reprend ce qu’ils nous volent !

Pour gagner, les journées d’action et les protestations symboliques ne suffisent pas. Il faut une grève, une vraie qui bloque l’économie et touche où ça fait mal : les profits des actionnaires ; il faut la grève générale interprofessionnelle !

C’est pourquoi la Fédération des syndicats Sud Education appelle
les salarié-e-s de l’éducation :


- à continuer à se mobiliser pendant les vacances notamment par des actions de blocage de l’économie,


- à s’organiser et à se coordonner de manière interprofessionnelle,


- à débrayer le plus tôt possible à la rentrée des vacances de la Toussaint.


- et à participer massivement à la journée de grève et de manifestations du 6 novembre, nouveau point fort dans la poursuite de la lutte, qui, loin d’être finie, doit aujourd’hui rebondir et se poursuivre jusqu’à satisfaction de notre revendication principale, le retrait de ce projet de loi.

Documents joints

Ne battons pas en retraite ! Portons l'estocade

Navigation

Articles de la rubrique