Nouvelle circulaire professeur-e-s principaux-ales : une surcharge de travail au service des réformes néo-libérales

Analyse de SUD éducation
lundi 29 octobre 2018

La circulaire professeur-e principal-e dans les collèges et les lycées du 10 octobre 2018 abroge celle de 1993…
Les tâches bureaucratiques du nouveau ou de la nouvelle professeur-e principal-e se multiplient sans un temps de décharge ou une prise en compte sérieuse de cette surcharge de travail.
En cohérence avec la suppression des postes, le ou la professeur-e principal-e multiplie les casquettes :il ou elle est à la fois parent, communicant, médecin, assistant-e social-e, infirmier-e, CPE et même personnel de direction…
Avec « leurs aptitudes aux tâches d’organisation », Les nouveaux professeurs principaux et nouvelles professeures principales doivent bel et bien travailler plus avec la même rémunération et sans une baisse des effectifs pour assurer au mieux le suivi de chaque élève. En continuité ou en cohérence avec la réforme du collège et l’instauration du livret scolaire, le ou la professeur-e principal-e coordonne les différents bilans du livret scolaire.

Avec ces différentes casquettes, le ou la professeur-e principal-e, qui ne compte plus son temps de présence dans l’établissement ni son temps de travail, est à la disposition de tous les personnels de l’établissement, des familles et des élèves. Il semblerait que ces nouveaux professeurs principaux et ces nouvelles professeures principales n’ont pas assez de missions ni de responsabilités et qu’ils disposeraient d’un temps infini pour être réuni-e-s “à intervalles réguliers” avec le personnel de direction.

Voici quelques casquettes de ce nouveau PP ou cette nouvelle PP :

1) Le ou la professeur-e principal-e : un-e communicant-e

Il ou elle est l’interlocuteur-trice privilégié-e avec les parents, les professeurs, les CPE, les personnels sociaux et de santé à savoir l’AS, l’infirmier-e ou le médecin scolaire, le ou la psy-EN et l’équipe de direction. Rien de nouveau en soi mais il faut juste rappeler que cela nécessite déjà beaucoup de temps !

2) Le ou la professeur-e principal-e qui remplace les parents à l’école avec les « devoirs faits ». Rappelons dans la foulée que ce dispositif est apparu avec l’arrivée de Blanquer et apparaît déjà dans cette circulaire qui abroge celle de 1993. Le ou la professeur-e organise et suit le temps de travail des élèves dans l’établissement « dans la classe et hors la classe ». Comment ce dispositif « devoirs faits » évoluera-t-il ? S’il devient obligatoire, il y a peu de chance qu’il soit inscrit dans l’emploi du temps du PP ni rémunéré, comme c’est le cas dans certains établissements pour les heures de vie de classe.

3) Le ou la PP un-e accompagnant-e qui se substitue aux personnels sociaux et de santé avec le plan d’accompagnement personnalisé (PAP), le projet d’accueil individualisé (PAI), le projet personnalisé de scolarisation (PPS) . En participant à des réunions pluriprofessionnelles, il devra rédiger des documents de suivi et participer à l’élaboration de PAP, de PAI et de PPS. Rappelons que le nombre d’élèves “à besoins éducatifs particuliers” est important.

4) Un-e tuteur-trice ou maître-sse de stage.

Il ou elle suit des stages de remise à niveau ou un programme personnalisé de réussite éducative ou un contrat de réussite pour les élèves en difficultés. De quels moyens disposeront les PP pour mener à bien ces nouvelles missions ?

5) Le PP : un-e commercial-e de la région :

Cette circulaire prépare le renforcement des régions et elle est en adéquation avec les réformes du lycée. Le ou la professeur-e principal-e effectue la promotion des « nouvelles compétences en matière d’information sur les formations et les métiers » des régions. Cette circulaire s’inscrit dans le cadre du transfert aux régions des compétences de l’orientation et de la formation professionnelle.

6) Le PP devient un CPE ou adjoint du personnel de direction dans la gestion des conflits de sa classe.

7) Le PP devient un adjoint du personnel de direction en prenant en charge toute l’orientation

  • Il coordonne les actions d’orientation et de suivi des élèves avec de nombreux interlocuteurs et “partenaires” dont “les collectivités territoriales ou les mondes économique, professionnel et associatif”.
  • Dès la 3ème, le ou la professeur-e principal-e conduit des entretiens personnalisés : sans baisse des effectifs, cela représente un travail colossal.
  • Au lycée,le ou la professeur-e principal-e doit se former pour informer les élèves sur l’enseignement supérieur et notamment sur “les formations et le monde professionnel en lien avec les actions organisées par les régions”.
  • “Il participe à des actions spécifiques annuelles, notamment les Semaines de l’orientation et les périodes d’observation en milieu professionnel ou les périodes d’immersion dans l’enseignement supérieur.”
  • Le ou la PP prend en charge l’organisation de Parcoursup
  • Il ou elle rédige les synthèses à la place du chef d’établissement

Avec la réforme du collège (LSU), celle du lycée, Parcoursup, la suppression des C.I.O, le ou la PP se retrouve avec une surcharge de travail sans temps de décharge : il ou elle n’est qu’au service de toutes ces réformes.

Sur du long terme, il s’agit tout simplement de préparer l’autonomie des établissements en déchargeant le chef d’établissement de certaines fonctions et en les attribuant aux PP. Cette nouvelle circulaire prépare la nouvelle catégorie d’enseignant-e-s qui travaillera plus et qui sera confiée à des chefs d’établissements managers (rapport service public : se réinventer pour mieux servir ou CAP 22)

À l’opposé de ce qui est proposé dans ce projet de circulaire, SUD éducation revendique :

  • La compensation par des réductions de service des tâches supplémentaires et de la pénibilité.
  • Le maintien de tout le réseau de CIO et la défense du service public d’orientation.
  • Des pratiques professionnelles horizontales, sans hiérarchie intermédiaire, avec un temps de concertation intégré dans les services.
  • Une baisse des effectifs.
  • Abrogation de la loi ORE et abandon de Parcoursup.
  • Abandon du projet de réforme de la voie professionnelle telle qu’annoncée par Blanquer.
  • Retrait des réformes Blanquer du baccalauréat et du lycée.
PDF - 88.7 ko
Nouvelle circulaire professeur-e-s principaux-ales : une surcharge de travail au service des réformes néo-libérales

Navigation

Articles de la rubrique