OEA et Agents administratifs : Le 21 mars, partout où c’est possible, votez Sud éducation !

lundi 13 février 2006
mis à jour jeudi 13 avril 2006

Les agents ouvriers d’entretien et d’accueil (OEA) et agents administratifs vont être appelés à élire le 21 mars des représentants aux CAPA et CAPN pour une durée d’un an, lors d’élections partielles nationales et académiques. Ces élections sont anticipées pour tenir compte de la refonte des échelles indiciaires de ces deux corps de la catégorie C.

Sud éducation trouve un peu dérisoire que soient organisées ces élections partielles dès lors que depuis le 1er janvier 2006 l’ensemble des personnels ouvriers ont reçu leur arrêté de mise à disposition. Sans doute, certains syndicats qui ont trahi les personnels y ont un intérêt ! Pour Sud éducation, ces élections seront l’occasion de réaffirmer notre opposition totale à la décentralisation, en indiquant à tous les personnels le mode d’emploi pour rester fonctionnaire d’Etat et ainsi faire échouer la décentralisation.

Nous avons subi ces dernières années des attaques sans précédent : arnaque de l’ARTT, suppres-sions de postes, système d’évaluation-notation qui détruit notre statut de fonctionnaire et aggrave notre situation. La décentralisation prépare la privatisation de services actuellement assurés par les corps d’ouvriers de l’Education nationale (restauration, ménage, etc.). La mobilisation de tous et votre vote pour Sud éducation s’impose pour s’opposer à la destruction du statut de fonctionnaire d’Etat. Car accepter d’intégrer la collectivité territoriale c’est :

Perdre
- Son statut national
- Ses 11 semaines de congés
- Son poste
- Les mouvements de mutation
- Les primes actuelles ou promises en cas de changement de majorité politique dans les conseils généraux et régionaux

Subir
- Plus de flexibilité dans le travail
- Plus de polyvalence
- Le travail durant le week-end et les petits congés
- La précarité accrue
- Un possible licenciement

Pour Sud éducation, c’est inacceptable ! Il faut rester fonctionnaire d’Etat ! C’est possible ! Nul ne peut nous forcer à intégrer la collectivité territoriale. La loi nous laisse une période de deux ans -jusqu’au 1er janvier 2008- pour choisir :
- soit de rester fonctionnaire d’Etat en optant pour un détachement de longue durée
- soit de devenir fonctionnaire territorial en optant pour une intégration dans la collectivité auprès de laquelle nous sommes mis à disposition.

Actuellement, des pressions sont exercées dans les établissements pour que les collègues optent pour l’intégration aux collectivités territoriales.

Sud éducation dénonce ces pressions inadmissibles et appelle les personnels à :
- mettre à profit ces deux années pour réfléchir
- ne rien signer durant cette période

Sud éducation continuera à défendre les personnels concernés, et à agir avec Sud Collectivités Territoriales et les syndicats de l’Union syndicale Solidaires concernés par la décentralisation, pour dire non à la décentralisation.

Commission fédérale IATOSS


Dernière minute

Alors que toutes les listes académiques présentées par les syndicats Sud éducation pour les élections ATOSS du 21 mars ont été jugées recevables, le ministère de l’Education nationale a décidé de rejeter la liste Sud pour l’élection à la CAPN des Ouvriers d’Entretien et d’Accueil et celle pour le renouvellement de la CAPN des Agents administratifs.

Comme lors des scrutins précédents, le ministre fait référence à la scandaleuse loi Perben -dont nous revendiquons l’abrogation- pour empêcher Sud éducation de représenter et de défendre les personnels non enseignants.

Face à cette une atteinte réitérée à la liberté syndicale et au droit des personnels de choisir librement leurs représentants, la Fédération Sud éducation a saisi le tribunal administratif qui doit se prononcer dans les quinze jours.

Nous espérons que le juge invalidera la décision du ministre et garantira la participation de Sud à ces élections. Si ce n’est pas le cas, nous appellerons les électeurs à voter Sud chaque fois que c’est possible dans les académies et à boycotter les élections aux CAPN dont Sud éducation serait par avance exclu. Et rappelons que, si le quorum de 50% de votants n’est pas atteint, devra être organisé un “second tour” qui cette fois ne pourrait être interdit à Sud éducation

Navigation

Mots-clés de l'article