Pour faire reculer le gouvernement : généraliser la grève reconductible

jeudi 15 mai 2003
mis à jour vendredi 14 janvier 2005

Saint Denis, le 15 mai 2003

Dans l’Education Nationale, les mouvements de grève reconductible, déclenchés ces dernières semaines, se sont généralisés, et
la grève générale de l’Education Nationale est aujourd’hui en marche. Si les taux de grévistes ont atteint des niveaux rarement
vus pour la journée du 13 mai, c’est surtout la reconduction de la grève (parfois depuis plusieurs semaines), jour après jour, qui
est d’une ampleur exceptionnelle. Il s’agit avant tout d’un mouvement d’établissements (lycées, collèges, écoles, CIO,
universités... ) soutenu, localement, par les syndicats.
Partout les revendications portent sur les mêmes sujets :
- refus de la décentralisation, ou plutôt refus du démantèlement/privatisation du service public d’éducation
- refus des licenciements, notamment des aides-éducateurs, refus des suppressions de postes, et refus de la précarité
- refus du plan Fillon sur les retraites

SUD Education bien sûr soutient et relaie ces revendications, et appelle, fédéralement, depuis le 4 avril, à l’extension de la
grève reconductible dans l’Education Nationale. Localement, les syndicats SUD Education sont investis, avec les assemblées
générales, dans la construction, sur le terrain, de la grève générale. Ce qui s’est fait naturellement dans les départements -
l’unité dans la lutte des personnels et des organisations syndicales - semble plus difficile à obtenir au niveau des fédérations.

La fédération des syndicats SUD Education, qui s’est régulièrement adressée à l’interfédérale nationale (CGT, FAEN, FSU,
SGEN, UNSA) en vue d’un appel unitaire clair à la reconduction de la grève, n’a jamais obtenu de réponse et n’a jamais été
invitée aux réunions intersyndicales nationales. Nous prenons acte du fait que ces fédérations ont fini par lancer un appel
commun appelant « les personnels à étendre ce mouvement et à décider dans l’unité de reconduire la grève partout où cela est
possible », avec cependant une notion particulière de l’unité : si cette fois FO a été convié à l’intersyndicale, ni SUD Education
ni la CNT n’y ont été invités. La formulation de l’appel reste cependant bien timide, comparée à la réalité des mobilisations et
aux demandes des personnels en lutte, et ces fédérations semblent, de fait, s’en tenir à la logique des « temps forts ».

Plus fondamentalement, l’enjeu se situe aujourd’hui aussi à un autre niveau. Il est en effet évident que pour faire reculer le
gouvernement sur ses projets, la grève doit gagner d’autres secteurs, du public comme du privé. La question de la précarité et
du refus des licenciements, comme celle du démantèlement des services publics et leur privatisation, ne concernent pas que
l’Education Nationale. C’est par l’unité dans la grève du public et du privé que pourront être obtenus le retrait du plan Fillon-
Raffarin et l’abrogation des mesures Balladur sur les retraites.

Sur ce dernier point, l’ampleur des grèves et manifestations du 13 mai a montré la détermination des salariés à refuser les
projets du gouvernement, et leur détermination à entrer en grève jusqu’à la satisfaction des revendications. Il est cependant
regrettable que les confédérations ne prennent pas la mesure de cette détermination et parlent toujours d’en « négocier » ou
« améliorer » le contenu, ou cherchent à gagner du temps en proposant au gouvernement de « revoir sa copie », alors que leur
responsabilité serait d’aider à construire la grève générale pour le retrait pur et simple des projets, et pour gagner, par la lutte,
de nouveaux droits pour les salariés.

L’Union Syndicale G10 Solidaires a pris ses responsabilités en appelant clairement, dans le cadre de la journée du 13 mai, au
démarrage d’un mouvement général de grève reconductible dans tout le pays :
- pour l’abrogation des mesures Balladur de 1993 et le retrait du projet Fillon.
- 37,5 annuités maximum (moins pour les travaux pénibles) pour toutes et tous (public comme privé) pour une retraite
à taux plein. Il est invraisemblable de vouloi r « faire travailler » pendant 40 annuités quand il y a 3 millions de
chômeurs et autant de précaires, quand les patrons privés accélèrent les vagues de licenciements et quand les
employeurs publics suppriment des emplois.
- 75% du salaire de référence (10 meilleures années, 6 derniers mois, 100% pour le SMIC), indexation sur les salaires
et aucune application de décote. Les moyens financiers existent largement pour permettre des retraites convenables
pour toutes et tous.
- 60 ans pour pouvoir partir en retraite ou 37,5 annuités (plus tôt pour les travaux pénibles). Maintien des régimes
spéciaux.

Avec l’Union Syndicale G10 Solidaires, SUD Education considère c’est bien la grève générale reconductible qui permettra de
faire reculer le gouvernement. Et c’est aux salariés, notamment à partir des secteurs les plus mobilisés (dont l’Education
Nationale) de se réunir dès maintenant en AG interprofessionnelles pour décider et étendre la grève reconductible. C’est ce à
quoi SUD Education travaille, sur le terrain, avec les syndicats de l’Union Syndicale G10 Solidaires, et avec tous ceux qui
souhaitent construire la grève générale jusqu’à satisfaction des revendications.

Agenda

<<

2020

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293012345