Pour le retour de Roland Veuillet à Nîmes

Il suffit de presque rien : une enveloppe et un timbre !
mercredi 20 septembre 2006
mis à jour dimanche 15 juillet 2007

L’instruction du recours présenté devant La Cour Administrative d’Appel de Lyon par Roland Veuillet, syndicaliste enseignant, contre la sanction qui le frappe depuis juin 2003 est close depuis le 7 juillet 2006.
Cela signifie que la CAA examinera ce recours dans les mois qui viennent.

Au niveau national, le SNES et la CGT ont adressé un courrier recommandé au Président de la CAA pour rappeler le caractère anti-syndical de cette affaire, et demander la mise en application de l’avis rendu par le Conseil Supérieur de la Fonction Publique en janvier 2005 pour l’annulation de cette sanction. La fédération SUD éducation a rédigé un mémoire étayé de preuves qui a été déposé auprès de la CAA.

Afin que cesse cette injustice, chacun peut envoyer ce type de lettre au Président de la CAA de Lyon : c’est la mobilisation du plus grand nombre de personnes qui seule peut contre-balancer la pression des lobbies ministériels et hiérarchiques qui font obstacle à l’application de l’avis rendu par le CSFP.

Il suffit de presque rien : une enveloppe et un timbre !


Pour permettre à Roland Veuillet de retourner à Nîmes, en obtenant l’annulation de la sanction injuste qui le frappe depuis 2003, chacun-e peut télécharger la lettre jointe à cet article, la signer en ajoutant son nom et son adresse, et l’envoyer à "Monsieur le Président de la Cour Administrative d’appel 184, rue Duguesclin 69433 Lyon Cedex 03".


Nom :...................................................
Profession :............................................
Adresse :...............................................

Date :.................

à

Monsieur le Président
de la Cour Administrative d’appel,

184, rue Duguesclin
69433 Lyon Cedex 03

Requête n° 04LY01503

Monsieur le Président,

Monsieur Roland Veuillet, Conseiller Principal d’Education au ministère de l’Education Nationale, a été sanctionné en juin 2003, par une mutation d’office de Nîmes à Lyon (à 300 km de chez lui) ; les faits qui lui sont reprochés se sont produits alors que Roland Veuillet était en grève avec les surveillants de son lycée.

Cette mutation disciplinaire a été reconnue sans fondement par le Conseil Supérieur de la Fonction
Publique, qui s’est prononcé, le 25 janvier 2005, pour l’annulation de toute forme de sanction à l’encontre de Roland Veuillet.

Parce que je considère, moi aussi, que cette sanction, liée aux engagements militants de Roland Veuillet, est injustifiée et que son maintien relève d’un acharnement contre un syndicaliste ferme dans ses prises de position, je vous demande, Monsieur le Président, de bien vouloir suivre l’avis du CSFP.

Je vous adresse mes salutations respectueuses.


Documents joints

Lettre au Président de la Cour Administrative (...)

Agenda

<<

2019

>>

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123