Poursuite du mouvement lycéen : la police s’essouffle...

Récit de la journée du 11 avril 2005... transmis par Sud Education Paris
mercredi 13 avril 2005
mis à jour jeudi 14 avril 2005

A 8 heures ce matin, le lycée Montaigne, dans le VIème arrondissement à Paris, a été investi par environ 300 lycéens, provenant de Montaigne et d’autres lycées, et quelques étudiants. Toutes les issues, et les escaliers, ont été barricadés grâce à des armoires, des tables et des chaises. Des échauffourées violentes ont suivi l’entrée de nombreux policiers et de gendarmes dans l’établissement ; tables volant sur les agents ; matraquage et gazage de lycéens. Suite à cela, une centaine d’occupants est parvenue à rejoindre les toits du lycée, où ils sont restés jusqu’à environ 17 heures, laissant les forces de l’ordre dans l’incapacité d’intervenir. Devant le lycée, un regroupement d’environ 300 élèves s’est rapidement constitué en soutien, subissant plusieurs charges de CRS et leur faisant subir des projections d’œufs, de pétards, de bouteilles et de légumes. Quelques lycéens blessés, ainsi qu’un journaliste de TF1. A la sortie des occupants, une manifestation sauvage a suivi, bloquant le boulevard St Michel.

Vers 18 heures, les manifestants sont parvenus à s’introduire dans la Sorbonne par une sortie de garage, malgré la violence du personnel administratif présent. Ayant rassemblé un très important déploiement policier sur les lieux, les occupants et les manifestants massés aux portes de l’université se sont retrouvés et ont poursuivi le blocage de la circulation depuis le boulevard St Michel jusqu’à Strasbourg St Denis, renversant les poubelles sur leur passage. Les barrières du palais de justice, de l’Hôtel de ville, et de la bibliothèque de Beaubourg ont servi de barricades, tandis que la police et les CRS tentaient de suivre le mouvement. La dispersion a été violente, entre insultes, coups de trique, gazage. 3 personnes ont été interpellées, et rapidement relâchées.

le 11/04/2005 à 21h18

http://paris.indymedia.org

Informations sur les 12,13,14 avril :

A Paris, le lycée Montaigne et le lycée Rodin sont restés fermés.

Plusieurs tentatives d’occupation (Rodin, Balzac, Voltaire etc.) ont eu lieu, généralement empêchées par la police et les lycéens se sont rassemblés dans la rue.

En Seine-St-Denis, l’inspection académique de Bobigny a été occupée par les lycéens et évacuée par les flics : interpellations avec menottes, contrôles d’identité au commissariat et (parait-il) 7 gardes à vue avant mise en examen.

Dans le Val de Marne, charge des flics et blessés devant le lycée Chérioux de Vitry.

En soirée, la FIDL et l’UNL ont rencontré Fillon qui ne lâche sur rien (mais les syndicats officiels ont tellement envie que l’ordre revienne !).

La coordination nationale lycéenne - qui n’était pas invitée par Fillon - a de son côté rencontré les syndicats des personnels (dont SUD Education)pour leur demander de s’engager dans la grève.

Elle attend en particulier de SUD et de la CNT une présence à la manif qu’elle organise le mercredi 13 avril à Paris (14h, de Denfert-Rochereau à Bastille) et un soutien aux actions de blocages et occupations prévues jeudi 14.

Le 14 avril : la FIDL maintient son appel à manifester à 14 h mais le lieu aurait changé (plus d’Hôtel de Ville, mais le classique République-Nation)et a reçu le soutien en région parisienne d’une intersyndicale SNES-CGT etc. qui appelle aussi à la manif. L’UNL n’a pas annulé son appel à un rassemblement au Trocadéro à 19 h 30.

Rappel : un préavis de grève de SUD Education couvre tous les personnels durant toute la semaine, il sera reconduit pour la semaine prochaine.

L’AG de SUD Education Paris (12/04) s’est prononcée sur la nécessité de développer la diffusion de l’information par tous les canaux à tous les contacts possibles, d’appeler les personnels à s’engager dans l’action et la grève aux côtés des lycéens, à soutenir ceux qui sont victimes de la violence policière et de la répression (mobilisation notamment lors des procès d’ores et déjà annoncés, comme à Paris pour un lycéen le 27 mai), à poursuivre le débat et la mobilisation contre la loi Fillon et la politique en matière d’éducation (sélection ...), à poser la question du blocage des examens de fin d’année.

Le bureau de Sud Education Paris

Navigation

Agenda

<<

2019

>>

<<

Décembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345