Quid du CCUIC ?

lundi 7 février 2011

En Savoie, les idées d’interpro et d’unité syndicale titillaient depuis longtemps le mouvement social, notamment depuis les luttes de 2003 qui s’étaient soldées par ce qu’on sait, mais jamais vraiment terminées dans l’esprit de beaucoup. Plusieurs collectifs verront le jour ensuite, autour de différents combats, notamment en 2005 avec la bataille du non au TCE. Cet automne, c’est donc naturellement que se sont retrouvées ces forces-là, avec le combat sur la réforme des retraites où Sud éducation Savoie et Solidaires ont endossé un rôle militant de première importance. Rapidement, on se trouvait des dénominateurs communs dans la lutte, des atomes extrêmement crochus dans les comportements, et naissait le Collectif Chambérien Unitaire Interpro et Citoyen.

Chambé en lutte !

L’histoire commence un peu avant le début du conflit sur les retraites : fin septembre, les salariés territoriaux de Chambéry, insatisfaits que rien ne se passe entre les temps forts décidés par l’intersyndicale nationale, lancent l’idée d’une action de blocage du dépôt de carburants de Chignin (gros dépôt à 10 km de Chambéry). Ils sont rapidement rejoints par des salariés d’autres secteurs, des retraités, des étudiants, des chômeurs. Les discussions autour du feu de palettes, la solidarité face aux forces de l’ordre appelées pour lever le blocage, le constat que les confédérations syndicales n’iront pas jusqu’au bout, font apparaître des convergences sur les formes que pourrait prendre la lutte localement : rassembler sous une forme auto-organisée, soutenue par des organisations syndicales (Solidaires, CGT, CNT) ou politiques (Alternatifs, FA, PC, NPA, PG), toutes celles et tous ceux qui décident de ne pas baisser les bras et de lutter, au-delà du seul problème des retraites, contre la société des patrons et de la bourse.

Dès lors, les actions s’organisent : lutte contre les violences policières à l’encontre des lycéens qui accompagnent les manifestations, soutien aux grévistes, blocages de l’économie locale, péages gratuits, invasions des locaux patronaux, perturbation des inaugurations auxquelles participent les représentants de l’État, soupes populaires et manifestations nocturnes hebdomadaires du vendredi…

Le cœur du collectif, c’est l’assemblée générale.

Mais le cœur du collectif, c’est avant tout l’assemblée générale, quotidienne pendant le mouvement, puis bihebdomadaire : c’est là que se retrouvent, autour d’un repas partagé, les membres du collectif pour échanger sur les luttes ici et ailleurs, sur les actions à venir, pour se coordonner face à la répression policière, mandater ses représentants pour la coordination nationale, établir le contenu du journal du collectif « Chambé en lutte » qui en est à ce jour à 10 numéros.

Véritable laboratoire de ce que peut être une forme auto-organisée de lutte, le CCUIC est entré dans une phase d’existence sur la durée et entend avoir un rôle moteur localement et nationalement : c’est lui qui vient d’organiser la troisième assemblée nationale des collectifs à Chambéry ce 22 janvier. Une preuve de sa bonne santé, l’acharnement que met le pouvoir à lui faire des misères : entre autres tracasseries policières, ce jeudi 27 janvier aura lieu le procès de six de ses membres contre lesquels la SNCF a porté plainte pour "entrave à la circulation des trains" après qu’ils ont traversé les voies un jour au cours d’une action en plein cœur du mouvement ! (V. communiqué ci-contre)

Sud éducation académie de Grenoble, section Savoie

Chambé en lutte

Communiqué du CCUIC

Relaxe pour les 6 inculpés de Savoie

Le 27 janvier 2011, à 8h30, 5 militants syndicaux de la CGT et de Sud-Solidaires et un journaliste sont convoqués devant le tribunal correctionnel de Chambéry à la suite d’une plainte de la SNCF. Nous appelons à la solidarité face à cette stratégie de criminalisation de militants syndicaux agissant dans le cadre d’un mouvement social d’ampleur contre la casse des retraites. Le Collectif Chambérien Unitaire Interpro et Citoyen (CCUIC) exige l’arrêt immédiat des poursuites et appelle à un rassemblement de solidarité :

le jeudi 27 janvier, à 8h30, devant le Palais de Justice de Chambéry.

CCUIC

Non à la criminalisation du mouvement social et syndical !

Signez et faites signer la pétition en ligne pour soutenir les 6 inculpés de Savoie sur le site de Sud éducation académie de Grenoble.

Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234