Réformes du lycée, du bac et de l’orientation post-bac : nos moyens de lutte contre l’école du tri social

jeudi 8 mars 2018

Les mois de mars et d’avril seront le moment d’amplifier la mobilisation initiée contre la destruction systématique de l’école publique : réformes du bac et du lycée, instauration de la sélection à l’entrée de l’université, baisse généralisée des moyens... Voici les pistes d’action proposées par Sud éducation.

Les grands traits de la réforme du lycée et du bac ont été annoncés le 14 février. La loi relative « à l’orientation et à la réussite de étudiant-es » (ORE), qui met en place la sélection à l’entrée de l’université, a quant à elle été définitivement adoptée par le parlement le 15 février. Elle durcit le projet initial, puisque les capacités d’accueil des filières universitaires seront désormais « calculées » (on ne sait trop comment) en fonction des « débouchés » de chacune d’entre elles. C’est une soumission des universités aux intérêts immédiats du patronat et un mépris total de leurs missions, puisqu’elles délivrent une formation généraliste qui permet d’exercer un éventail imprévisible de métiers, et d’apprendre tout au long de la vie de nouveaux savoir-faire. Le gouvernement a gagné une bataille, il n’a pas gagné la guerre. De nombreuses perspectives d’action se présentent à nous pendant les mois de mars et d’avril.

Informer

De nombreux élèves, parents d’élèves, étudiant-es et collègues méconnaissent encore les réformes en cours et leur gravité. Pour contrer la communication du gouvernement, qui en fait des outils en faveur de la liberté et de la réussite de tout-es alors qu’elles ne favorisent qu’une minorité de privilégié-es, nous pouvons multiplier les actions déjà entreprises en de nombreux endroits : diffusions de tracts et actions lors des salons de l’orientation, des journées portes ouvertes des établissements d’enseignement supérieur et devant les lycées. Dans les universités, il est de notre responsabilité d’expliquer aux étudiant-es la fin de la compensation, qui conduira nombre d’entre eux vers l’échec au moindre point faible. Les syndicats Sud éducation sont par ailleurs membres des structures interprofessionnelles de Solidaires et y informent leurs camarades des dangers que représentent pour leurs enfants l’institutionnalisation d’un tri social généralisé.

Construire la grève

Pendant les congés, dans les zones et universités qui n’étaient pas en vacances, des personnels et étudiant-es ont commencé à s’auto-organiser et ont fixé leur propre calendrier de mobilisation pour ancrer la lutte dans la durée. Ces dates de grèves, de manifestations et d’actions sont des points d’appui pour monter en puissance, s’engager toutes et tous ensemble dans la grève du jeudi 22 mars et préparer ses suites. Le 22 mars, c’est toute la Fonction publique qui sera en grève contre les baisses de salaire, les destructions d’emplois, les menaces sur les statuts et la généralisation de la précarité. Tout en convergeant avec les autres salarié-es du public, nous porterons dans l’éducation nos revendications contre les réformes en cours et pour davantage de moyens.

Refuser de collaborer à Parcoursup

Mais c’est aussi dans chaque lycée, chaque université, que l’action collective doit s’organiser pour saboter de l’intérieur la mise en place de la sélection. En cohérence avec les décisions qui sont prises à de nombreux endroits (recensées ici : lyceescontreparcoursup.tumblr.com), Sud éducation appelle les enseignant-es de terminale à ne pas remplir les « fiches avenir », sur lesquelles elles et ils sont supposé-es se prononcer sur les vœux d’orientation des élèves, ou à y indiquer automatiquement les avis les plus favorables pour tous les items. Dans les universités, Sud éducation appelle également à ne pas appliquer la réforme et à ne pas trier les candidat-es.

Ne pas se laisser diviser

La réforme du lycée est faite pour diviser les collègues des lycées, incité-es à lutter par discipline pour conserver ce qui peut l’être du volume horaire et de la signification pédagogique de leur matière. Ne tombons pas dans ce piège ! C’est toutes et tous ensemble que nous devons combattre une réforme menée au détriment des élèves, par l’aggravation de la ségrégation scolaire, et des personnels, par la casse de leurs statuts. Plus largement, nos chances de l’emporter reposent sur la construction d’un vaste mouvement unitaire réunissant les personnels de la maternelle à l’université, les étudiant-es, les lycéen-nes et leurs parents.

Fédération Sud éducation

Agenda

<<

2018

>>

<<

Décembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456