Roland Veuillet : 47 ème jour de grève de la faim

Motion du Comité National de l’Union syndicale Solidaires
mercredi 7 février 2007
mis à jour vendredi 9 février 2007

Le 24 décembre 2006, Roland Veuillet, Conseiller principal d’éducation, a de nouveau entamé une grève de la faim pour dénoncer la répression antisyndicale dont il est l’objet depuis maintenant quatre ans. Cette action témoigne de son désespoir face à la surdité du Ministère de l’Education nationale et du déni de justice dont il est victime.

Ce syndicaliste a été sanctionné en 2003 par un déplacement d’office à 300 km de son poste et de ses trois enfants à la suite d’une procédure engagée sur la base d’un dossier portant atteinte à l’exercice du droit syndical.

Les syndicats SNES-FSU, FERC-CGT, SNFOLC, SNETTAA-CPE E.I.L, CNT-FTE, SEUNSA, SNCA E.I.L et SUD Education, ont tous successivement dénoncé cette mesure de répression antisyndicale et exigé en vain l’annulation de la sanction auprès du ministère de l’Education nationale.

Le Conseil supérieur de l’éducation s’est prononcé en janvier 2005 pour l’annulation de la sanction, considérant que les faits reprochés ne sont pas établis. Le ministère de l’Education nationale a refusé de suivre l’avis émis par cette plus haute instance paritaire de la Fonction publique, présidée par des magistrats du conseil d’Etat.

En Octobre 2006, devant la Cour administrative d’appel de Lyon, le commissaire du gouvernement est parvenu aux mêmes conclusions, en demandant l’annulation de la sanction, mais il n’a pas été suivi, ce qui est rarissime.

Malgré ces deux avis significatifs et autorisés, le Ministre maintient cette injustice qui perdure depuis 4 ans.

Le sociologue Philippe Corcuff a rejoint Roland pour une grève de la faim de solidarité.

La Ligue des droits de l’homme, la FSU et l’Union syndicale Solidaires, les syndicats SNESFSU, FERC-CGT, SNFOLC, SNETTAA-CPE E.I.L, CNT-FTE, SE-UNSA, SNCA E.I.L Convergence et SUD Education , de nombreuses organisations et personnalités ont apporté leur soutien à Roland.

Malgré toutes ces prises de positions, le Ministre maintient sa position.

Le Comité national de Solidaires réuni les 6 et 7 Février 2007 s’adresse à Gilles de Robien et lui demande de débloquer la situation en annulant immédiatement la sanction qui frappe Roland Veuillet.

Navigation

Articles de la rubrique