STOP à la précarité dans les écoles : défendons les EVS !

samedi 19 mars 2011

État des lieux dans le 93

Dans les écoles de Seine-Saint-Denis, environ 750 personnels EVS (Employés de Vie Scolaire) ont été recrutés sous contrats aidés CUI (Contrat Unique d’Insertion). Ils sont, pour la majorité, embauchés sur 2 missions principales :
- aide à la direction dans les écoles maternelles et élémentaires ;
- aide individuelle ou collective à la scolarisation des élèves porteurs de handicap.

Cette situation implique qu’au bout de 2 ans :
- ces personnes se retrouvent au chômage. Leurs compétences, durement acquises, sont perdues. A noter que les contrats CUI sont censés permettre aux personnels d’avoir une formation, ce qui n’a jamais été respecté !
- les élèves sont contraints de s’habituer à un(e) nouvel (le) AVS ;
- les nouveaux recrutés comblent les vides laissés par les fins de contrat au lieu d’être affectés auprès d’élèves qui attendent souvent depuis de nombreux mois.
Depuis la fin du mois de septembre 2010, un comité unitaire (Sud éducation Créteil, Snudi-FO 93, SE-Unsa 93, Snuipp 93, CGT Educ’Action 93, FCPE 93) s’est réuni plusieurs fois car la situation des personnels précaires est alarmante : des centaines de collègues déjà ou bientôt au chômage !

Une mobilisation qui s’inscrit dans la durée

- Le 8 octobre 2010 à la Bourse du Travail de Bobigny : demi-journée d’info intersyndicale auprès des personnels concernés (50 collègues présentes).
- Le 20 octobre 2010 défilé de l’IA jusqu’à la Préfecture de Bobigy. Refus de la Préfecture de recevoir une délégation alors que nous avions pris rendez-vous.
- Le 4 novembre 2010, pétition départementale unitaire pour le réemploi des EVS en fin de contrat… voir site de Sud Éducation Créteil.
- Le 17 novembre 2010 : nouveau rassemblement à la Préfecture de Bobigny : les représentants syndicaux et les personnels ont été reçus afin d’exposer leurs revendications.
- Le 15 décembre 2010, une délégation composée d’EVS et des représentants syndicaux (Sud éducation, CGT Educ’Action, Snuipp, Snudi-FO, Se-Unsa) est reçue à la préfecture de Bobigny. Le Préfet de Région a autorisé une mesure dérogatoire pour la Seine-Saint-Denis pour l’année scolaire 2010-2011 : sur 50 enfants repérés comme ayant des handicaps « lourds », 16 d’entre eux ont été « sélectionnés ». Leurs EVS ayant un contrat se terminant avant la fin de l’année scolaire, ils ont été reconduits jusqu’à la fin de l’année scolaire.
- Le 20 janvier 2011, participation à la journée de lutte nationale contre la précarité dans les fonctions publiques de l’État sous les revendications portées par Solidaires.

Des mesures insuffisantes : mettons fin à la précarité !

Sud éducation Créteil dénonce les mesures prises comme un véritable scandale. Elles ne répondent nullement aux attentes des 1000 élèves en situation de handicap dans les écoles de Seine-Saint-Denis.

Elles ne répondent nullement aux conditions de travail précaires et indécentes dans lesquelles se trouvent ces personnels recrutés en contrats dits « aidés ».

Contrairement à nos revendications avancées lors de la rencontre du 17.11.2010, aucune solution n’a été proposée pour les EVS en charge des « aides à la direction » dans les écoles.

Nous revendiquons

- L’abandon du contrat de projet à « terme incertain » (ce contrat de projet a été présenté lors des négociations en cours dans la Fonction publique sur la « résorption » de la précarité, il est basé non plus sur un emploi précis et limité dans le temps mais sur un projet ; il peut donc s’interrompre à tout moment lorsque l’employeur décide que le projet est réalisé, au bout de quelques semaines ou de quelques années !).
- Le renouvellement des contrats pour qu’il n’y ait aucun licenciement
- Un passage au temps complet pour les personnes qui le souhaitent : les collègues ont besoin d’un vrai salaire !
- L’arrêt de l’arbitraire et une harmonisation des salaires sur ceux des titulaires ainsi que des droits effectifs en matière de formation, représentation, mobilité choisie.
- De réels moyens d’insertion et de qualifications pour les emplois aidés.
- Le remboursement intégral des frais de transport.

Nous exigeons

L’ouverture de négociations pour obtenir la titularisation des agents contractuels sur des corps de fonctionnaires existants (en vie scolaire, en informatique, en administratif) et sur des nouveaux corps de titulaires à définir et à créer (« éducateur scolaire »…).

Sud éducation Créteil

Agenda

<<

2020

 

<<

Février

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
2425262728291