Solidarité avec le collectif C’SUR

Communiqué de presse
samedi 11 décembre 2004
mis à jour samedi 25 août 2007

Saint-Denis, le 9 décembre 2004

La Fédération des Syndicats SUD éducation qui, depuis sa création,
revendique la liberté de circulation et d’installation sur le territoire français pour
toutes et tous les étrangers qui le souhaitent, s’oppose aux dispositifs répressifs
mis en place contre les migrant-e-s/réfugié-e-s ainsi qu’à la criminalisation dont
sont victimes leurs soutiens, à l’exemple de ce qui se passe à Calais.

En effet, si le centre de la Croix Rouge de Sangatte a fermé ses portes en
novembre 2002, le Centre de Rétention Administratif de Coquelles s’est agrandi
et le flux de migrant-e-s dans le calaisis est toujours important.

Ils/Elles y survivent dans des conditions déplorables puisqu’il n’existe plus
aucune structure d’accueil, même d’urgence. Ce sont les militants du Collectif
C’SUR qui parviennent depuis deux ans à leur fournir deux repas quotidiens, des
soins d’urgence et l’accès une fois par semaine à un vestiaire et ils sont donc
aujourd’hui, en but à la répression.

Par contre, l’Etat a mis en place un dispositif policier incroyable pour les
étranger-e-s. Des patrouilles de CRS sillonnent en permanence Calais et ses
alentours afin d’en interpeller un maximum. Ces arrestations sont très souvent
accompagnées d’humiliations et de grandes violences - matraquage, utilisation
de chiens et de gaz lacrymogènes...- Les témoignages de la part des migrant-es
et des bénévoles concernant le comportement policier sont extrêmement
nombreux et concordants.

La Fédération des Syndicats SUD éducation dénonce ces détestables
pratiques qui se généralisent sur l’ensemble du territoire de la République (en
particulier aux frontières) et revendique des structures d’accueil d’urgence
dignes de ce nom, et de la réputation d’un pays qui se dit « Patrie des Droits de
l’Homme », ainsi que la mise en place d’un véritable dispositif d’information
nécessaire aux réfugié-e-s.

La Fédération des Syndicats SUD éducation réaffirme
- son soutien aux militants des Syndicats, Associations et Collectifs
investis dans des actions d’aides concrètes aux migrant-e-s,
- sa mobilisation et sa participation aux actions à venir face à une
répression inique dont certains sont déjà victimes.

Navigation

Mots-clés de l'article