Vent de Bure : Clap de fin et en avant pour la suite

Une semaine après le tourbillon, nous livrons nos ressentis
vendredi 11 octobre 2019

Nancy, si vendredi 27 septembre tu as lu la presse relayant les communiqués alarmistes, fantasques et anxiogènes de la préfecture, tu t’es sans doute barricadée chez toi !

Mais si samedi 28 tu as fait un pas de côté, ouvert tes volets, es venue voir par toi même à quoi ressemble ce « Vent de Bure », qu’as-tu vu en réalité ? Des gens venus de toute la France, de tous âges, de toutes sensibilités, de bien des luttes différentes mais qui ont toutes et tous en commun de défendre la vie, la justice et l’avenir. Tu as vu un immense défilé, coloré, musical, délirant, dansant, et déterminé.

Nancy, si le « Vent de Bure » a soufflé chez toi, ce n’est pas pour te saccager, mais pour t’avertir que le projet Cigéo te concerne autant qu’à Bure, car tu es la première grande ville à à peine 60 km sous les vents dominants. Si la radioactivité ne se voit pas, n’a pas d’odeur, la résistance à Cigéo est venue jusqu’à toi, bien vivante et bien visible. Depuis 25 ans elle brave les manigances du lobby nucléaire, elle brave la propagande d’un appareil d’État qui impose ce projet par la force, elle brave la répression policière et judiciaire. Ce week-end encore, elle a bravé les menaces pour venir jusqu’à toi : 500 forces de l’ordre pour l’encadrer, un hélicoptère en permanence au dessus d’elle, et un dispositif judiciaire prêt à s’abattre sur elle. C’est dire si l’État et l’industrie nucléaire ne veulent pas nous voir nous soulever contre Cigéo. Pour eux c’est un échec : malgré tout ça nous n’étions pas moins de 3000 à scander, chanter, danser dans tes rues et nous lever contre Cigéo.

Car se lever contre Cigéo, c’est refuser de se laisser dicter l’avenir de nos territoires par le lobby nucléaire qui voit en Cigéo un moyen de faire croire que l’on peut trouver une solution au problème des déchets en les faisant oublier. C’est refuser les stratégies d’acceptabilité qu’ils emploient et qui sont tout aussi toxiques que les déchets radioactifs. C’est se lever contre un appareil d’État historiquement indissociable des manigances de l’industrie nucléaire. Aussi, et d’autant plus cette année avec l’ampleur des mobilisations pour le climat et la prise de conscience généralisée du réchauffement climatique, c’est montrer que nous avons bien conscience des chemins empruntés par l’industrie nucléaire pour sauver coûte que coûte une énergie du passé, obsolète, représentant un gouffre financier toujours plus profond, et inadaptée à un monde qui se réchauffe et en constante évolution. Nous souhaitons nous réapproprier la production et la consommation de nos besoins énergétiques sans les énergies du passé et sans cette course énergétique en roue libre depuis bien trop longtemps !

Ce samedi 28 septembre, nous étions 3000 à venir manifester à Nancy, des quatre coins de l’hexagone et de plus loin encore, porté-es par le Vent de Bure.

Ce samedi 28 septembre, nous avons vu que la lutte contre Cigéo et le nucléaire pouvait être une lutte de convergences : gilets jaunes, syndicats, personnalités publiques, collectifs en lutte contre un projet inutile et son monde, antinucléaires convaincu-es, antinucléaire novices, passant-es, curieux-ses, habitant-es d’un territoire en lutte…

Ce samedi 28 septembre, nous avons arboré-es milles couleurs à l’unisson, afin de dire à Nancy : oui, le projet Cigéo te concerne tout autant que nous !

Ce samedi 28 septembre, nous nous sommes trouvé-es, retrouvé-es, rencontré-es, durant un long week-end et dans une ambiance de fête et de joie : et c’est ce dont beaucoup d’entre nous avions besoin après ces dernières années de répression, de division, et d’intimidation.

Alors merci à ce Vent de Bure » de nous avoir donné un nouveau souffle pour nous soulever contre Cigéo. Un nouveau souffle d’autant plus précieux que Cigéo poursuit sa route avec une demande d’autorisation de création et déclaration d’utilité publique qui vont être déposées, et des travaux de grande ampleur qui vont reprendre.

Ce week-end, les autorités ont eu peur et elles ont eu raison : le Vent de Bure c’est des vents qui convergent contre Cigéo et contre son monde, contre les grands projets inutiles et contre les injustices sociales. Ce week-end des passerelles ont été bâties, des agendas ont été partagés, des assemblées ont échangé, des luttes se sont coordonnées, et ce n’est qu’un début. Le Vent de Bure soufflera plus fort et plus loin, soyez-en certain-es !

L’équipe de VDB

Agenda

<<

2019

>>

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123