Violences policières et arrestations

mercredi 11 juin 2003
mis à jour vendredi 14 janvier 2005

Saint Denis, le 11 juin 2003

Violences policières à la Concorde ( !)

Des incidents ont éclaté dans le cadre de la manifestation parisienne du mardi 10 juin. Alors que la
manifestation n’était pas encore achevée (tous les cortèges n’étaient pas encore arrivés à la place de la
Concorde), les manifestants ayant décidé de rester sur place ont dû faire face à des jets massifs de gaz
lacrymogène ainsi qu’à des canons à eau. Il semble que quelques cannettes et autres bouteilles d’eau
envoyées par dessus les barrières de sécurité ont servi de prétexte à un gazage intensif.

Des manifestants ont ensuite été pris en chasse par les forces de l’ordre (en l’occurrence plutôt fautrices
de désordre...), une trentaine d’arrestations sommaires étant effectuées et plusieurs centaines de
manifestants étant encerclés à l’Opéra Garnier. Une fois l’étau des CRS desserré (vers 23h30), plusieurs
centaines de manifestants se sont dirigés vers le commissariat du 17ème arrondissement, boulevard
Bessières, pour obtenir la libération des personnes arrêtées. A une heure du matin, la situation n’était
toujours pas débloquée.

Il semble que le gouvernement, tout en prétendant « négocier », joue le jeu de la répression (et les
évènements de ce soir à Paris ne sont que la suite de diverses violences policières, constatées depuis
quelques temps déjà, lors de diverses manifestations, notamment à la Réunion) à l’encontre des grévistes
et manifestants. Une telle attitude est inacceptable, le gouvernement prend une lourde responsabilité en
agissant de la sorte, dans un climat social déjà très tendu et d’incertitude par rapport au déroulement du
baccalauréat. La fédération des syndicats SUD Education exige la libération immédiate de toutes les
personnes arrêtées, et l’abandon de toutes poursuites à leur encontre.

Face à une telle conception du dialogue social il demeure évident que seule la poursuite de la grève et
des actions permettra de faire entendre nos revendications. Et si le gouvernement ne veut pas
entendre... nous nous exprimerons plus fort dans les jours qui viennent.

Agenda

<<

2020

 

<<

Juillet

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112