après le 9 juin - continuer la mobilisation

jeudi 14 juin 2001
mis à jour vendredi 14 janvier 2005

Contre les licenciements et les suppressions d’emplois

Paris, le 14 juin 2001

La manifestation du 9 juin a été un réel succès dans la mobilisation de tous ceux qui combattent contre les licenciements et les suppressions d’emploi. Succès par le nombre de personnes présentes dans la rue, notamment au sein des intersyndicales d’entreprises en lutte, ou des cortèges des organisations syndicales appelantes. Succès aussi par le fait que, malgré l’opposition ouverte des confédérations syndicales « représentatives » CGT, CFDT et FO, une trentaine d’entreprises ont - avec le soutien de l’Union syndicale Solidaires, de la CNT, de la FSU et de certaines sections, unions locales ou fédérations CGT, CFDT ou FO - réussi à initier une première étape dans la nécessaire construction d’une action syndicale commune contre tous les licenciements et les suppressions d’emploi.

Le vote par l’assemblée de la loi « Guigou » nous conforte dans l’idée que cette revendication reste plus que jamais d’actualité et que la dynamique ayant abouti au 9 juin doit se prolonger en vue d’élargir ce mouvement à un plus grand nombre. En effet, cette loi ne constitue en rien une loi contre les licenciements, et ne répond nullement aux revendications des salariés et chômeurs. Il n’y est pas question d’interdire les licenciements (même économiques), les petites entreprises ne sont pas concernées (il n’y a pas de comité d’entreprise en dessous de 50 salariés)... et tout cela n’aboutira qu’à retarder d’un mois les licenciements. Par ailleurs, le gouvernement n’aborde pas la question des suppressions d’emplois dans la fonction publique, question pourtant de son entière responsabilité.

Faire passer des mesures aussi dérisoires pour une avancée notable dans la protection des droits des salariés est symptomatique du mépris dans lequel la Gauche plurielle et ses alliés tiennent les salariés en lutte et les organisations qui les soutiennent. Cela renvoie aussi l’ensemble du champ syndical à ses responsabilités : seul un réel travail de mobilisation, devant se traduire notamment par la multiplication des intersyndicales d’entreprises en lutte, en maintenant les liens entre elles et des actions communes, peut permettre de construire le rapport de force nécessaire.

La Fédération des syndicats SUD Education continuera d’agir en ce sens.

Agenda

<<

2019

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois