Soutien à la lutte des Sans Papiers

Motion de congrès

Depuis le début du mouvement des Sans Papiers, dès l’occupation de l’église Saint Ambroise puis de St Bernard, les Sans Papiers ont immédiatement trouvé des militants de SUD Éducation à leurs côtés.

Dès notre congrès fondateur en 1998 à Lyon, nous avons suspendu les travaux pour manifester avec eux.

Chaque numéro de notre journal a rendu compte de cette lutte et dans les manifestations nationales et locales des militants de SUD Éducation ont chaque fois répondu présents.

Ces militants, avec d’autres camarades de l’Union Solidaires (G 10), participent régulièrement à l’animation de la lutte dans les collectifs de province et d’Ile de France.

Et, si ce combat est bien un combat pour la dignité à laquelle chaque individu a droit, il est bien évident que c’est un combat syndical à part entière puisqu’il s’agit du combat de travailleurs réduits au travail illégal et à la pire exploitation, justement parce que sans papiers.

Les forces syndicales qui entendent combattre les déréglementations du travail, dont se nourrit le libéralisme, sont tout à fait à leur place dans cette lutte.

A un moment où les forces sociales se font plus rares aux côtés des Sans Papiers, nous voulons ouvrir ce deuxième congrès en affirmant que nous resterons aux côtés des Sans Papiers.

- Pour la régularisation de tous par une carte de 10 ans.
- Pour la fermeture des centres de rétention.
- Pour l’abolition de la double peine,
- Pour la libération des Sans Papiers emprisonnés pour défaut de papiers,
- Pour refuser que tombent dans l’oubli des condamnations scandaleuses de militants pour délit de solidarité.

Le congrès de SUD-Education appelle tous ses syndicats, pour les uns, à renforcer la lutte des Sans Papiers, pour les autres à la rejoindre, voire à participer à la mise en place de nouveaux collectifs.

Parce que nous luttons contre le libéralisme, nous luttons pour le droit d’aller et venir sans entrave, pour la liberté de circulation partout dans le monde.